Faire une prairie sauvage et fleurie

Prairie Fleurie Sauvage
Prairie sauvage (pas entièrement mais presque) fleurie et magnifique, observée sur le campus de la Plaine, ULB, à Bruxelles – Edouard Duquesne

Vous voici à une de mes parties préférées du jardin: la prairie sauvage! En effet, qui ne s’extasie pas face à de magnifiques hautes herbes garnies de fleurs de toutes les couleurs dans lesquelles volent et se prélassent de multiples insectes heureux et bien nourris?

Pourquoi avoir des enfants qui pleurent quand on peut avoir des fleurs et insectes de toutes les couleurs qui font sourire les enfants? Ne cherchez plus et faites une prairie sauvage, il n’y a rien de plus simple! 

Principe

Une prairie sauvage ou fleurie consiste en une zone où poussent de nombreuses fleurs et plantes sauvages. C’est aussi ce qu’on appelle une friche, une zone protégée, à l’abri des pas, des coups de bêche ou des tondeuses. Il ne faut la faucher qu’une fois par an, vers septembre.

Si vous voulez des plantes aromatiques ou une spirale à insectes, dirigez-vous sur les articles en question; ce n’est pas ici que vous trouverez votre bonheur. 

Pourquoi faire une prairie sauvage?

  • Augmenter énormément la biodiversité en insectes
  • Nourrir les oiseaux et les insectes
  • Protéger des insectes et des petites animaux
  • Avoir un habitat de plus en plus rare en Belgique
  • Avoir de belles fleurs sauvages et indigènes plutôt qu’un gazon moche et so 20ème siècle.

Mise en place d’une prairie sauvage

La mise en place est aussi simple que d’ouvrir une carapils, pardi! 

Emplacement et taille de la prairie fleurie

Pour son emplacement idéal, il suffit de se référer à l’article de planification de jardin biodiversité mais concrètement un endroit ensoleillé et à l’abri des pas fera l’affaire. Si vous avez un jardin typique et que vous ne voulez rien d’autre qu’une prairie sauvage (et pas les superbes éléments présentés dans toute notre série), faites comme sur cette image:

Prairie sauvage
Plan du format de jardin typique belge, avec une terrasse pour BBQ végé, un jardin avec un passage tondu et sur les côtés la prairie sauvage – Edouard Duquesne

En ce qui concerne la taille, la réponse est évidente: au plus la prairie est grande, au plus la biodiversité faunique et florale s’accroît. 

Matériel

  • Bêche.
  • Éventuellement: pierres ou branches épaisses.
  • Deux à trois petits hôtels à insectes ou des grosses bûches.

Hôtel à insecte recommandé: (petit, efficace et solide)

C’est tout?? Et oui! Pas besoin d’acheter tous ces mélanges de graines qu’on nous recommande partout tout le temps, des fleurs sauvages et indigènes viendront par elles-mêmes grâce à la faune, le vent ou grâce au sol tout simplement.

Si vous voulez vraiment utiliser des mélanges de graines (fine.) de commerce, alors vérifiez bien la composition des sachets pour obtenir les critères suivants: indigène, mellifère, graminées, bisannuelles, vivaces et annuelles. Il faut donc un mélange riche en espèces

Autre option: récoltez vous même des graines de fleurs sauvages présentes dans des champs et routes à proximité de chez vous. Attention, ne prenez que 5 à 10% des graines/fleurs présentes pour ne pas tout détruire sur votre passage.

Construction

1. Tracez votre zone de prairie fleurie soit visuellement soit à l’aide de pierres ou de branches épaisses (qui serviront en même temps d’indication pour que personne ne marche dessus).

2. Est-ce que la zone possède un sol riche? Si oui, passez à l’étape 3, sinon passez directement à l’étape 4.

3. Pour appauvrir un sol riche, rien de plus simple que de cultiver nos fameuses patates. Et oui les pommes de terre ne sont pas qu’une excuse pour faire de bonnes frites belges, c’est une réalité! Si vous voulez en profiter pour faire un potager écologique, le tutoriel complet est ici.

4. Sortez votre bêche et votre meilleure huile de coude parce que ça va chauffer! Il faut en effet retourner la terre à foison pour laisser de la place aux graines présentes dans le sol de pousser à la place de votre vulgaire et moche gazon qui est so 20ème siècle et américain (beurk).

5. Plantez vos graines achetées/récoltées avec amour OU attendez tout simplement que la nature fasse son travail.

6. Ajoutez vos hôtels à insectes ou vos bûches avec des trous, il suffit de les mettre en hauteur et plein sud.

Entretien

Rien de plus simple, n’y touchez pas sauf en septembre où il faut faire un fauchage, en veillant bien à laisser tout ce qui a été fauché sur le sol pendant 2-3 jours pour que les éventuels insectes puissent partir. N’hésitez pas ensuite à bien secouer pour faire tomber les derniers petits irréductibles! 

Conclusions

Vous avez maintenant le plus beau jardin du voisinage, que vos voisins trouveront peut-être au début synonyme d’un “laisser-aller”, mais qui, très vite, seront jaloux de toutes ces couleurs. En deux temps trois mouvements, tous les insectes pollinisateurs ou non et tous les oiseaux du quartier viendront chez vous! Vos voisins n’auront alors plus le choix que de faire pareil que vous grâce à votre travail. La biodiversité en péril et BiotifulVie vous remercient!  

Bibliographies

Laisser un commentaire