Assembler une haie bocagère dans son jardin

Haie bocagère
Haie bocagère naturelle trouvée dans une réserve à Dinant – Edouard Duquesne

Ah la haie, cette magnifique structure toute verte claire ou foncée et aussi droite et carrée que possible; ou plutôt le nouveau mur de Berlin de toutes les maisons lambdas d’Europe! Ces murs de Berlin sont malheureusement présents en grande quantité dans toute la Belgique et la France. Si on ajoute à ces murs de plantes inutiles, les vrais murs en pierre, en métal ou les grilles; tout ça forme une sacré perte de biodiversité et une destruction de la nature! Alors, à vos pioches et à vos marteaux comme en 89, c’est fini les vacances! 

Définition: Une haie bocagère est une haie composée de plusieurs espèces indigènes et de plusieurs strates.

Avant de commencer à réaliser une haie, veuillez à bien planifier la structure de votre jardin comme on vous l’explique ici

Principe

Essayez d’oublier de votre esprit à jamais ces “haies” toutes droites et composées d’une seule espèce (typiquement du laurier envahissant, des sapins ou du buis). Ce ne sont absolument pas des haies mais bien des murs sans aucune valeur biologique. Pensez aux vraies haies bocagères que vous pouvez apercevoir dans la nature, dans certaines réserves et sur certains chemins écologiques. Les vertus des haies sur la biodiversité ont été démontrées depuis des années mais malheureusement les champs belges peinent à avoir des haies (mais ça avance), il est temps de pallier ce manque nous même!

Ces haies bocagères font généralement entre 10 et 20 m de largeur, ce qui est considérable si vous voulez réaliser une haie dans votre jardin. On va donc ici essayer de réaliser des haies plus abordables, d’une largeur entre 3 et 10 m. Mais avant ça:

Pour quelles raisons faire une haie bocagère?

  • Amener de la biodiversité à tous les niveaux (insectes, oiseaux, mammifères, tout!). 
  • Limiter le vent et l’érosion
  • Se protéger des inondations
  • Produire des fruits.
  • Servir de clôture fonctionnelle tout en laissant la biodiversité se déplacer (pas comme vos murs de Berlin/barrières/grilles).
  • Servir d’abris pour la faune.
  • Créer un corridor biologique, un chemin de passage de la faune.
  • Avoir le plus beau jardin du voisinage (c’est fini l’heure américaine du gazon tout vert coupé à ras et des sapins de 1m32 et 7 mm précisément, c’est l’heure de la nature!).

Il existe bien entendu un nombre incalculable de haies différentes selon vos objectifs ainsi que votre région. Si vous voulez un guide complet (125 pages), voici le guide Wallon, magnifiquement réalisé.

Mise en place de la haie bocagère

Emplacement et taille de la haie 

Selon la disposition et la taille de votre jardin, vous pouvez soit mettre la haie uniquement au fond de votre jardin soit sur tout son contour mais n’oubliez pas qu’une haie idéale doit avoir un grand minimum de 5 m de largeur (mieux encore: > 10 m). Une haie peut avoir un coût assez variable selon la taille de votre jardin et selon votre motivation: si vous faites germer tous les plans vous mêmes, cela coûtera bien moins d’argent que de se fournir dans une pépinière (mais cela ne prend pas le même temps). 

Matériel

    • Des bêches.
    • Des plants indigènes (typiques de Wallonie/Nord de la France):
      • Arbres → Aulne glutineux, Merisier, Cerisier à grappes, Noisetier, Saule, etc.
      • Arbustes → Cornouiller, Églantier, Aubépine, Griottier, Poirier, Pommier, Sureau noir, Houx, etc. 
      • Plantes basses → Framboisier, Groseillier, Cassissier, etc.
      • Plantes grimpantes → Lierre, Ronces, Houblon, etc.
      • Herbacées → Ortie, Menthe, Graminées, Ail sauvage, etc.
    • Une corde pour délimiter (sauf si vous avez des clôtures/une barrière).
    • Nichoirs pour oiseaux.
    • Paille ou copeaux de bois.

Construction (étapes par étapes)

1. Faites un plan de votre jardin (en n’oubliant pas d’y inclure si possible une mare naturelle, une prairie sauvage, un compost et un poulailler) et de votre haie. Ajoutez-y les différentes espèces (parmi la liste dans matériel) que vous voulez MAIS:

  • Si vous avez déjà quelques espèces indigènes présentes et intéressantes, laissez les. 
  • Si votre haie fait une largeur de moins de 10 m, sautez la catégorie “Arbres” et commencez par des arbustes.
Schéma type d’une haie bocagère dans un jardin (échelle non parfaite) – Edouard Duquesne

2. Achetez les plants des différentes espèces choisies ou faites vos plants vous mêmes. 

3. Utilisez une corde pour tracer la haie et pour savoir où planter les arbustes. Pour une haie de 8 m de large, il faut donc la mettre à 4 m (milieu de la largeur) de la fin de votre jardin.

4. Plantez vos plants durant l’automne selon le pattern suivant: (herbacées) – plantes basses arbustes (à la corde) – arbrearbustes plantes basses (herbacées). Espacez les arbustes d’au moins 3-4 m et les plantes basses d’au moins 1-2 m. Entre les arbustes, mettez des plantes grimpantes. Si vous plantez des arbres, espacez les d’au moins 10 m. NB: pour les herbacées, vous n’êtes pas obligés de planter, cela poussera naturellement si vous ne tondez pas.

5. Au début, il faudra peut-être un peu arroser vos plants (surtout vu le réchauffement climatique, yes we’re fu****). Pour économiser de l’eau, utilisez donc un récupérateur d’eau de pluie

6. Disposez ensuite des copeaux/de la paille (épaisseur de 3-5 cm) sur tout le sol où se trouvent les arbrisseaux et arbustes. Cela permettra d’empêcher les herbacées de prendre le dessus trop vite et cela permettra de garder l’humidité

7. Plusieurs années après, lorsque les arbustes (ou arbres) sont suffisamment grands, ajoutez des nichoirs pour les différents oiseaux qui viendront se nourrir et se cacher dans votre magnifique haie!

8. Si aucun lierre ne se développe naturellement sur les arbustes/arbres, n’hésitez pas à en rajouter, cela attirera un nombre incalculable d’espèces.  

Entretien

L’entretien de votre haie bocagère doit toujours se faire entre novembre et janvier pour éviter de nuire aux animaux et aux plantes. Moins vous effectuez d’entretien, le mieux pour la faune. Donc une coupe un an sur deux voire moins est idéale. Pour la partie herbacée (avant les arbrisseaux), il suffit de faire une fauche par an vers octobre-novembre et de bien penser à laisser les plantes coupées au sol pendant 1-2 jours pour que les animaux puissent partir. Si vous avez planté des plantes donnant des fruits (framboisier, pommier, etc.), n’hésitez pas à tracer un petit passage devant ces fruitiers avec la tondeuse pour éviter de marcher sur l’entièreté des herbacés.

Conclusions

Une haie de biodiversité apporte nourriture, protection et biodiversité tout en étant bien plus joli et sécurisé qu’un mur de Berlin, apportant rien d’autre qu’une barrière monospécifique avec des risques élevés de mourir en cas de parasite. Une haie bocagère a trois points clés basiques à toujours respecter, le reste c’est à vous de jouer:

→ Espèces indigènes seulement.

→ Haie multispécifique (pas une seule espèce).

→ Montée progressive suivie de descente progressive.

Voilà, vous êtes prêts pour avoir la meilleure haie de votre village ou de votre ville! Toute la biodiversité et BiotifulVie vous remercie pour votre action plus que nécessaire. 

Bibliographies

  • Christiane Percsy (2008). Des haies pour demain. Service public de Wallonie, collection “nature et forêts” (3ème édition). 
  • Mahaie.be (fiche dynamique selon votre région et votre objectif)
  • Votre jardin au naturel – Région Wallonne
  • Mon premier jardin biologique facilement – Fiona Hopes (Edition Marabout)
  • 150 activités nature aux 4 saisons – Frédéric Lisak (Edition Milan Jeunesse)
  • La haie sauvage et la plantation – Natagora et Bruxelles Environnement

Laisser un commentaire